Suivez-nous

2e Ligue NE

Un nul logique qui n’a satisfait personne

Marin-Sports et ASI Audax ont partagé l’enjeu 2-2, samedi à la Tène. Un nul qui n’a satisfait personne au final mais qui répond à une logique: celle des efforts fournis de part et d’autre.

Enzo Rupil (à g.) fait face à Pape Cisse. Photo: Hervé Nicolet

Entre des visiteurs opportunistes en première période et une équipe locale en mode diesel dont le turbo a carburé à plein régime en fin de rencontre, l’épilogue a été sans surprise, personne ne méritant véritablement de perdre ou de gagner la rencontre.

Baignant dans la douceur de l’été indien, le début de soirée invitait au farniente ou à la sieste et c’est cette deuxième option qu’ont choisie les 22 acteurs lors des 45 minutes initiales. On a ainsi surpris plus d’un spectateur en flagrant délit de complainte quant au jeu proposé par les deux équipes. À raison. Car malgré l’avantage de deux longueurs pris par les visiteurs, il n’y a pas eu grand-chose à se mettre sous le pupille en première mi-temps, en-dehors de ces deux réussites.

En présence du chanteur Junior Tshaka, Audax est ainsi parvenu à contourner le dispositif marinois en passant par les ailes et à faire mouche à deux reprises. Idéalement lancé par un coéquipier, Avvenire cueillait d’abord à froid l’équipe locale dès la 5e (0-1). Pas de quoi cependant sortir Marin de sa léthargie puisque la première frappe cadrée des gens du bout du Lac, oeuvre de Duric, aura été répertoriée à la 37e. Avant cela, profitant de l’extraordinaire mobilité de ses ailiers et de la non moins fantastique liberté dont ils jouissaient, Audax avait pris deux longueurs d’avance à la 23e, lorsque, sur une ouverture de Lacreuse, Caetano lançait Cisse dont le centre était poussé dans son propre filet par le revenant Schneider (0-2).

A la 41e, un coup franc de Maire était ensuite bien capté par Salvi. Puis, dans le temps additionnel de la période initiale, Marin faisait de nouveau preuve d’un manque de tranchant lorsque Duric, profitant d’une terrible bévue de Klett, se présentait seul devant Salvi mais lui tirait dessus.

Marin passe la deuxième

Sans doute revigorés par les mots bien sentis de leur coach, les Marinois ont enfin passé la deuxième vitesse au retour des vestiaires. Ils ont rapidement réussi à réduire l’écart à la 51e quand Homberger parvenait à loger le ballon au bon endroit, après une partie de billard dans les 16 m visiteurs. Une minute plus tôt, Dias, certes contre le cours du jeu, avait eu l’occasion d’enfiler un troisième pion pour Audax, mais il avait tiré au-dessus.

Revenus à une longueur, les hommes de Vallat se sont senti pousser des ailes. Mieux en place défensivement où ils se montraient enfin capables de contrôler les ailiers adverses, les gens de la Tène ont clairement pris l’ascendant sur leurs vis-à-vis. À la 56e, Amadio enlevait trop sa frappe, puis Salvi s’interposait sur une tête de Memeti à la 62e. Trois minutes plus tard, Duric tirait à son tour un boulet au-dessus.

De son côté, Audax s’affairait surtout à préserver son maigre avantage et répliquait par de timides tentatives, telles que ce tir trop gentillet de Monney (54e) ou cette frappe de Dias barrée par Tortella, sur un service astucieux de Boni (69e). Sur une nouvelle inspiration de celui-ci, Cisse grillait ainsi la dernière cartouche des visiteurs en manquant à son tour le cadre (79e).

Une fin de match à sens unique

Survoltés à mesure que les secondes s’égrainaient, les joueurs locaux jetaient alors toutes leurs forces dans la bataille éreintant d’une part les visiteurs par un pressing appuyé et n’hésitant pas, au besoin, à interrompre les actions adverses de manière aussi roublarde qu’illicite.

À la 80e, Fiorucci trouvait Memeti posté aux 5 m. Las pour Marin, ce dernier tirait au-dessus. Huit minutes plus tard, le même Fiorucci précisait les intentions marinoises mais Salvi parvenait à écarter du poing un coup franc surpuissant mais dangereusement détourné par son mur. À la 89e, une tête de Schneider frôlait à son tour le cadre d’Audax. Les coups de pieds arrêtés en leur faveur étaient légion, mais les jaune et noir ne parvenaient pas à rétablir la parité, péchant le plus souvent à la conclusion jusqu’à la 90e et le penalty souverainement tiré par Mejia et consécutif à une faute discutable et par ailleurs discutée de Berger, à l’orée de la surface de réparation.

À 2-2, les Marinois n’entendaient pas s’arrêter en si bon chemin et ont tenté par tous les moyens de remporter la totalité de l’enjeu face à des visiteurs asphyxiés. Duric avait ainsi la balle du 3-2 au bout du soulier à la 93e mais il tirait au-dessus. Deux minutes plus tard, Leite trouvait Memeti idéalement placé, mais Nagles parvenait désespérément à écarter le ballon en corner et ainsi à préserver un point dans l’escarcelle d’Audax-Friul.

Interviews d’après-match:

Vladimir Schneider, défenseur de Marin. Photo: Hervé Nicolet

Vladimir Schneider, comment analysez-vous cette rencontre?

On est très mal entrés dans le match. On commet deux erreurs défensives et on est immédiatement sanctionnés. En première période, Audax s’est créé trois occasions et a marqué deux fois. À la mi-temps, on s’est parlé et remotivé. On était persuadés qu’on arriverait à revenir. Au final, on obtient un point, même si on aurait presque pu, au vu des occasions que l’on s’est créées en fin de match, en prendre trois.

Revenons sur le début de la partie… La première frappe cadrée de Marin a eu lieu à la 37e…

Oui, comme je vous l’ai dit, le début de la rencontre a été catastrophique. Audax avait la possession du ballon et on avait de la peine à se projeter en avant. Heureusement, les goals nous ont un peu réveillés. Mais c’est toujours le même problème depuis le début du championnat, et même en Coupe, on n’arrive pas à se mettre dans le match. Il faut que ça change absolument.

Honnêtement, la première période a été abominable à suivre pour le public. Il n’y avait aucun rythme. A quoi est-ce dû? Chaleur, terrain difficile…

Je pense que la faute nous en incombe. Cela fait quelques matches que l’on a pas de rythme. C’est bizarre, parce qu’aux entraînements ça va bien. On a bien des jambes. Mais dès qu’on arrive en match, je ne sais pas si on est trop tendus, mais on n’arrive pas à mettre de l’intensité. Mais comme vous l’avez vu à la fin, lorsque l’on met du rythme, on domine et on doit gagner.

La bonne nouvelle, c’est peut-être que vous êtes capables de faire preuve de caractère et de redresser des situations compromises. En deuxième période, vous avez clairement dominé votre adversaire…

Oui, on s’est regardés dans les yeux à la pause et on savait qu’on avait les moyens de revenir même si cette hargne nous a fait défaut depuis le début du championnat. Il faut qu’on garde cette conviction dans un coin de le tête et qu’on se montre capables de reproduire ce qu’on a fait lors des 45 dernières minutes sur 90 si on veut engranger plus de points. Mais je suis déjà satisfait de ce qu’on a montré en 2e mi-temps et du fait qu’on a enfin réussi à tourner le bouton.

Vous avez su surmonter une situation compromise et partager l’enjeu avec votre adversaire… Mais on sent pourtant une pointe de frustration car vous auriez pu vous imposer, au final…

Si on analyse la rencontre en ne se basant que sur les buts, on peut se satisfaire d’un point. Mais effectivement, si on regarde la physionomie du match, on peut être déçus. Mais bon, la bière sera quand même bonne.

Un petit mot sur votre prestation personnelle…

Je mets un but contre mon camp. C’était mon premier match depuis longtemps, après une longue pause consécutive à une blessure. C’est dommageable mais c’est comme ça. J’ai pu compter sur le soutien de mes coéquipiers après mon autogoal. Ces derniers m’ont bien aidé à surmonter ce coup du sort, ce qui n’est pas forcément évident vu les circonstances. J’étais un peu au fond du bac, mais ils m’ont aidé à me ressaisir et ils m’ont bien remonté le moral à la mi-temps. Et physiquement, je suis heureux d’avoir tenu le choc. C’était un bon test et tout s’est bien passé.

Boris Klett, défenseur d’Audax-Friul. Photo: Hervé Nicolet

Boris Klett, comment analysez-vous cette partie?

Ce n’était pas un match facile. Au début de la rencontre, on a su tenir notre adversaire et imposer notre jeu. On s’est montrés tranchants en attaque et on a marqué deux buts. En deuxième période, Marin était mieux en place, nous avons eu de la peine à développer notre jeu et notre adversaire a réussi à égaliser. Les deux buts sont durs à encaisser parce qu’on prend le premier sur un cafouillage et le deuxième est très discutable. Sur cette action, notre défenseur devance l’attaquant, mais ce dernier touche le pied d’appui de notre gars et tombe dans les seize. Il a été malin et l’arbitre a sifflé penalty. Ca nous reste en-travers de la gorge.

Si on regarde la physionomie du match, on peut néanmoins dire que le nul est logique, chacune des deux équipes ayant eu sa mi-temps…

J’avoue que la première période nous a été très favorable. Par contre, en deuxième mi-temps, Marin s’est procuré beaucoup d’occasions. On aurait pu encaisser pas mal de buts sur les coups de pieds arrêtés. Mais nous avons eu notre bonne étoile et obtenu ce match nul.

En toute fin de partie, Marin a eu deux fois la balle du k.-o. On pense notamment à ses deux derniers corners qui ont traversé toute la zone fatidique sans être repris…

C’est vrai. Mais d’un autre côté ce nul est aussi frustrant, parce que l’on aurait pu tenir. Il restait neuf minutes et on menait toujours 2-1. On s’est encouragés et on s’est dit qu’on allait résister. Marin jouait tout pour l’attaque mais ne produisait rien dans le jeu. Nos adversaires se montraient uniquement dangereux sur les coups de pieds arrêtés. On était bien en place et on aurait pu obtenir la victoire.

Effectivement au fur et à mesure que le temps passait, vos adversaires succombaient à la nervosité tandis que de votre côté, vous restiez calmes, même lorsque Marin vous donnait des coups. Que vous a-t-il manqué au final pour repartir avec les trois points?

L’expérience! On est une équipe très jeune dont le contingent a été remanié à l’intersaison. Micael (ndlr: Dias, l’entraîneur) a fait signer pas mal de jeunes en provenance de Xamax et on n’a pas encore l’habitude de tous évoluer ensemble. La plupart de ces juniors n’ont pas encore l’expérience du jeu chez les adultes. Cela viendra avec le temps. Ces jeunes sont très techniques et jouent très bien. Mais il leur manque encore cette expérience avec les seniors pour franchir le pas.

Il leur manque aussi un brin de malice?

Exactement. C’est tout à fait ça.

Parlons un peu tactique… En première période, vous avez souvent trouvé la solution en passant par les ailes. En seconde mi-temps, vous avez moins utilisé la largeur… Vos ailiers ont resserré le jeu vers l’intérieur. Y a-t-il eu une consigne en ce sens à la pause?

Non, c’était dû à la physionomie de la rencontre. Marin nous a plus contrôlés sur les ailes après le thé. Je pense que comme vous, les Marinois ont remarqué que l’on arrivait à sortir par les côtés. Ils ont sans doute justement reçu la consigne de fermer nos ailiers car ils sont très rapides et très bons techniquement. Face à ce revirement tactique, nos ailiers ont dû plus venir dans l’axe et essayer de s’infiltrer à l’intérieur.

Donc, Bravo à Marin qui a bien su redresser la barre…

J’avoue que nos adversaires ont bien su jouer le coup, en l’occurrence (rires).

Télégramme:

FC Marin-Sports – ASI Audax-Friul 2-2 (0-2)

La Tène. 100 spectateurs. Arbitre: M. Berdinaj, assisté de MM. Gomes et Alaian.

Buts: 5e Avvenire 0-1. 23e Schneider (CSC) 0-2. 51e Homberger 1-2. 90e Mejia (penalty) 2-2.

Marin: Iten; Rupil, Schneider, Tortella, Homberger (56e Da Silva); Nicoud (3e Mejia), Maire (67e Leite), Robert (82e Roty), Duric; Amadio (77e Fiorucci), Memeti.

Audax-Friul: Salvi; Berger, Klett, Monney (62e Ilkay), Brügger; Bagaric, Rollier, Teixeira (15e Dias; 84e Nagles); Boni, Lacreuse, Avvenire (15e Cisse).

Avertissements: 62e Tortella, 74e Rupil, 80e Robert, 84e Da Silva, 86e Cisse.

1 Commentaire

1 Commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Publicité

sur Neuchâtel Xamax

Plus de 2e Ligue NE