Suivez-nous

Women's Super League

Valeureuses, les Yverdonnoises ont fait douter Servette une heure durant

Yverdon Féminin a livré une prestation encourageante lors de la défaite 1-4 concédée face aux Genevoises, samedi au Stade Municipal.

Les filles de Frédéric Davoli n’ont de loin pas été ridicules face aux championnes de Suisse en titre et participantes à la Champions League. Les Yverdonnoises ont d’abord cueilli à froid des Genevoises qui avaient peut-être un peu la tête ailleurs, elles qui accueilleront, mercredi soir, la Juventus au Stade de Genève, en Champions League. Les Nord-Vaudoises ont ensuite tenu plus d’une heure, avant de rentrer dans le rang.

YF, la rage au ventre

Certes, les Servettiennes s’étaient présentées dans un alignement mixte, une partie des titulaires habituelles étant ménagées en vue de la rencontre de mercredi. Qu’importe, les Vertes sont entrées dans la partie comme des furies, à tel point qu’un extra-terrestre qui aurait pris place dans la tribune aurait légitimement pu se demander quelle équipe était la tenante du titre et quelle formation était néo-promue. Les Nord-Vaudoises ont eu le bonheur de marquer rapidement, après 1’45’’ de jeu précisément, lorsque Bodenmann, postée au 2e poteau sur un corner de von Dach, pouvait propulser le ballon au bon endroit du protège-tibia. Un goal qui n’a pas calmé les ardeurs de la capitaine et de ses coéquipières puisqu’après douze minutes de jeu, Nkomo et consorts avaient déjà obtenu cinq corners.

Et c’est peut-être dans l’inefficacité de cette déferlante que les Yverdonnoises seront allées puiser leurs regrets, après le match. Ah si seulement la très remuante Nkamo ou la malicieuses Bodenmann étaient parvenues, dans le premier quart d’heure, à déjouer une seconde fois la vigilance de l’arrière-garde servettienne… Que serait-il advenu d’un bloc genevois alors k.-o. debout, et complètement inhabitué à opérer dans de telles conditions?

Las pour l’équipe chère à la présidente Linda Vialatte, les Genevoises ont éteint l’incendie avant qu’il ne se propage. Sur une longue balle en avant, Serrano a pu renverser le jeu vers Boho Sayo qui a aligné Jaquier pour le 1-1, à la 17e. Quatre minutes plus tard, Padilla Bidas aurait pu doucher l’enthousiasme yverdonnois, mais son tir troisé a manqué d’un cheveu le cadre. Peu avant la demi-heure, sur un nouveau corner, Bodenmann a eu, à son tour, l’opportunité de replonger les championnes de Suisse en titre dans le doute. Malheureusement pour son équipe, la reprise de la tête de la capitaine est passée un brin au-dessus de la cage défendue par Teixeira Pereira. Sur l’action suivante, Guede a galvaudé un caviar de Boho Sayo, en ouvrant trop le pied. Puis, à la 34e, Pajovic a sauvé la baraque yverdonnois en dégageant sur la ligne un ballon bouillant, après une sortie hasardeuse de la pourtant très affûtée Jaquier. Moribondes en début de rencontre, les grenat avaient repris des couleurs et n’entendaient plus desserrer leur étreinte. 

Le diesel servettien

Secouées durant la pause, – «ça a bien crié à la mi-temps», confiera Hurni à l’issue de la partie -, les Servettiennes étaient de retour aux affaires. Ainsi, à la 47e, Rahm a, à son tour évité le 1-2 en sauvant sur sa ligne. Fleury a ensuite mal ajusté la mire à la 62e. C’était le dernier coup de semonce avant l’assaut grenat. Dès lors, la fatigue se faisant sentir, les Yverdonnoises ont pris l’eau. C’est Bourma, sur une longue transversale de Soulard qui a enfilé le premier pion. Felber a ensuite profité d’un 2e ballon, après une parade de Jaquier pour tuer dans l’oeuf les derniers espoirs vaudois (69e). Fleury a enfin trouvé Peiro à la 88e pour l’estocade. Jaquier venait alors de se fendre d’une superbe parade devant Lagonia.

Réactions d’après-match:

Yasmina Laaroussi, défenseuse d’YF. Crédit: Marc Fragnière

Yasmina Laaroussi, arrière centrale d’Yverdon et ancienne Servettienne: notre équipe était très bien en place en première période. On n’avait rien à envier à nos adversaires. On les a prises de court, elles avaient peut-être un peu le melon en entrant sur le terrain. Puis, lorsqu’elles ont vu que l’on était dans l’impact, qu’on allait dans les duels, elles ont sans doute pris peur. Elles ont reculé. 

Mais sur la durée, on a souffert physiquement. On était de moins en moins présentes et les Genevoises ont pris le dessus. Elles sont revenues à bloc après la pause. Au niveau mental on a beaucoup à travailler. Si on compare aux Servettiennes, notre équipe est jeune et inexpérimentée. Elles, elles disposent de nombreux éléments expérimentés qui ont notamment joué à l’étranger. 

Thaïs Hurni, défenseuse de Servette-Chênois. Crédit: Marc Fragnière.

Thais Hurni, capitaine de Servette et ex-Yverdonnoise: on a très mal débuté. On est mal entrées dans notre match, on était limite totalement perdues. Certaines ont peut-être été surprises par la mentalité qu’il y avait en face. Elles se sont probablement dit que ce match serait plus facile que les autres. Ce n’était évidemment pas mon cas, puisque j’ai joué à Yverdon et je connais cette qualité. Après, ce n’est pas une excuse, mais je pense qu’on avait déjà un peu la tête à la Champions League de mercredi. C’est une bonne leçon pour la suite de ce premier tour. On saura que le championnat c’est le championnat et que la Champions, c’est la Champions. 

Yverdon a très bien joué le coup. Nos adversaires nous pressaient, elles venaient nous chicaner, ce que l’on n’aime pas du tout. Elles ont marqué très très tôt et nous ont beaucoup dérangé. Ca a crié dans les vestiaires à la mi-temps. Puis on est mieux revenues sur le terrain. 

Venir en tant qu’Yverdonnoise ici avec le brassard de capitaine autour du bras, c’était quelque chose de beau. Ma famille est désormais grenat, mais je n’oublie pas d’où je viens. C’était un petit signe d’avoir l’honneur, pour la première fois, de porter le brassard de capitaine à Yverdon. 

Télégramme:

Yverdon Féminin – Servette-Chênois (1-1) 1-4

Buts: 2e Bodenmann 1-0. 17e Boho Sayo. 64e Bourma 1-2. 69e Felber 1-3. 88e Peiro 1-4.

Stade Municipal 250 spectateurs. Arbitre: M. Londino.

YF: Jaquier; Rahm (71e Gnaoré), Laaroussi, Girardin (71e Guinand), Pajovic; Bodenmann, Cazé (78e Martin), von Dach, Warpelin (46e Da Costa); Potier (78e Dumas), Nkomo.

SC: Teixeira Pereira; Soulard, Felber (78e Sebayang), Hurni, Fleury; Serrano, Nakkach, Guede (65e Lagonia); Padilla Bidas (78e Tamplin), Boho Sayo, Bourma (65e Peiro). 

Avertissements: 38e Felber. 44e Rahm.

Clique pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Plus de Women's Super League

error: